Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2011

CONFERENCE "LES FEMMES ET L'EMPLOI"

 femmes,conférenceCompte rendu Journée internationale de la femme au ciné-débat à Saint-Jean- de-Luz sur le thème « Les femmes et l'emploi »

Suite à projection du film : "Entre nos mains" de Marina Otero.

 Cette soirée était à l'initiative de du CCAS de St-Jean-de-Luz et le CDIF de Bayonne.

 Invitées présentes :

  Les élues : Madame TROUBAT, 9ème Adjoint, Délégué aux solidarités et au logement social et Madame DEBARBIEUX Conseillère Municipale 

      Madame Besnard du CCAS de Saint-Jean-de-Luz

      Madame Sabalo du CIDF de Bayonne

      Madame Vedrenne, Directrice de Pôle Emploi de Saint Jean de Luz

      Madame Arietta, Présidente de l'Association d'Andere Nahia et Madame Artayolta

      Madame Samson, Représentante nationale de Commission "Loi et politique" de Femmes 3000

 Résumer du film :

 Face à la faillite de leur entreprise de lingerie située à proximité d'Orléans, le personnel tente de la reprendre sous la forme d'une Scop (Société coopérative de production). Ce type de coopérative repose sur un principe de démocratie d'entreprise et de priorité à la pérennité du projet. Avec au moins 51 % du capital et 65 % des voix, les salariés associés participent aux grandes décisions stratégiques en assemblée générale selon une règle simple : « une personne = une voix ». Ainsi chacun bénéficie du même pouvoir et devient coresponsable de l'entreprise. Tout le long du film le personnel passe par la phase d'espoir, puis de découragement puis de retrait et de doute. Le patron n'intervient pas dans le film, ni n'apparaît, il est toujours là en filigrane. Son poids pèse, il ne veut pas laisser son entreprise, il fait tout pour miner le projet et malheureusement pour le personnel, finit par y parvenir. 50 personnes perdent leur emploi, majoritairement des femmes qui pour les plus anciennes n'ont connu que cette entreprise et deviennent des chômeuses seniors difficilement reclassables. En outre lors du film autour d'une équipe de femmes constituant le comité en charge d'étudier la scoop, c'est encore un homme qui prend les rennes. C'est aussi un homme qui est délégué du personnel. Or la gent masculine représente pas plus de 5 salariés. On s'aperçoit aussi que les stéréotypes ont la dent dure car le patron demeure toujours le patron dans la tête de certain(e)s membres du personnel même dans l'optique de la Scop.

 Débat :

  Chacune des personnes intervenant, ont présenté leur structure respective.

      Il a été aussi question de chiffres et on s’aperçoit qu’en matière d’emploi les femmes avec la crise n’ont pas été épargnées et qu’elles ont plus de difficulté que les hommes en période de reprise pour trouver un emploi surtout les femmes seniors (+50ans).

      Que la création d’entreprise n’est pas chose anodine et qu’il est bien de savoir s’entourer mais aussi de faire appel à des associations telle que Ander Nahia sur le secteur du Pays Basque Association qui n’est pas la seule à soutenir les femmes dans la création d’entreprise sur ce territoire.

      Que la France demeure en retard en matière d’égalité salariale homme/femme au 127° rang mondial derrière la Russie et le Kazakhstan sur 137 pays (Source du World Economic Forum de 2010). Qu’il importe de comprendre que l’entreprise est un enjeu majeur de la lutte contre les discriminations.

      Que les femmes sont plus sujettes aux tensions au travail que les hommes notamment au contact du public (violences verbales et parfois physiques).

      Que le monde syndical demeure très masculin tout comme celui de la politique où les femmes ont du mal à percer, non faute de compétences mais plus du fait du cumul des mandats et de la non application de la parité homme/femme. De facto certaines agissent comme les hommes pour parvenir en politique et se masculinisent pour s’imposer face aux hommes.

      Que dans le secteur public, notamment hospitalier, la part des femmes va croissante et devient majoritaire. En outre, le secteur public protègerait plus l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. Mais le secteur privé doit faire des efforts, sachant qu’il représente la majeure partie des emplois.

      Qu’être au chômage se n’est pas de tout repos, qu’il s’agit d’un parcours du combattant dans cette jungle du chômage.florence,samson,auteur,femme 3000

 Le débat à continué en petit groupe lors de l’apéritif offert par les  organisatrices.

Florence Samson Représentante Nationale de la Commission "Lois et politique" Fédération Femmes 3000

Tel : 06 14 84 22 41

goerenssamson@hotmail.com

 

Les commentaires sont fermés.