Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2013

Maria-Luisa de CONTES (Espagne), lauréate du trophée Entrepreneuriat responsable. Edition 2013 des Trophées Femmes 3000

Photo Daniele Taulin-Hommell (11).jpg

Le Trophée Entrepreneuriat responsable de l'édition 2013 des Trophées Femmes 3000 a été attribué à Maria-Luisa de CONTES, Française installée en Espagne, pour la mise en place, en 2010, de la plateforme de collaboration « Forum des femmes Dialogo » au sein de l’association d’amitié hispano-française Dialogo. Composé de femmes provenant de différents secteurs (juridique, entrepreneurial, diplomatique, scientifique, politique, universitaire, etc.), le Forum des femmes Dialogo contribue à faciliter les relations de coopération entre les deux pays.

Découvrez le portrait de Maria-Luisa de Contes par Isabelle Bourdial

Maria-Luisa de Contes, citoyenne du monde

Son histoire avec la France commence en 1973. Cette année-là, Maria Luisa de Contes se voit proposer par sa marraine, qui veut fuir le régime franquiste, de l'accompagner dans son exil. « Je n'ai pas hésité», se souvient la lauréate du Trophée Femmes 3000. « C'est ainsi que j'ai quitté l'Espagne pour venir vivre à Paris. J'avais 19 ans. Pourquoi la France? C'était le pays de référence à la fois en matière de démocratie et de culture.» Car Maria Luisa de Contes est la filleule de la duchesse de Medina Sidonia, plus connue sous le nom de Duchesse rouge, Grande d'Espagne qui fit de la prison pour s'être s'opposée à Franco. Une fois installée, elle s'inscrit à l’Université Panthéon-Assas pour suivre ses études de droit, tout en poursuivant des études de droit espagnol à l’UNED (Université Nationale d’études par correspondance).

Crédit photo : Danièle TAULIN HOMME


« Il était important à mes yeux de m'intégrer sans pour autant oublier mes racines, d'entretenir ce que j'appelle ma biculture », explique cette femme pétillante et chaleureuse, se remémorant la mise en garde de son père, qui lui prédisait que si elle perdait sa culture d'origine, elle ne serait ni espagnole ni française.  La jeune femme d'alors, qui va opter pour la double nationalité, enchaîne les voyages entre sa terre natale, l'Andalousie, et son pays d'adoption. Mais son choix est fait. C'est dans l'Hexagone qu'elle fera d'abord carrière. Avocate au barreau de Paris, elle intègre Renault en 1981. Ne comptez pas sur elle pour s'étendre sur les difficultés d'intégration que peut rencontrer une juriste d'entreprise, d'origine étrangère, dans le secteur éminemment masculin de l'automobile. Tout juste reconnaît-elle avoir été, parfois, confrontée au sexisme. « Mais il s'agissait à chaque fois de comportements individuels, jamais d'ordre institutionnel, s'empresse-t-elle d'ajouter. » Par sa compétence, sa bonne volonté, son implication dans l'entreprise, elle impose sans heurt sa personnalité et sa double culture.

Elle deviendra rapidement cadre supérieure à la Direction Générale de Renault. Après trente ans de carrière en France et à l’étranger, elle demande pour des raisons personnelles, une mobilité afin de rejoindre la filiale espagnole du Groupe Renault, où elle sera nommée Secrétaire Générale, puis Directrice Juridique.

Ces retrouvailles avec son pays d’origine lui ont permis de renouer avec ses racines et elle découvre alors une Espagne métamorphosée aussi bien au niveau politique et économique que culturel et social. Elle est aussitôt chargée d’assurer les relations institutionnelles et la représentation de Renault auprès de toutes les institutions et entreprises françaises implantées en Espagne. C’est ainsi qu’elle est nommée Vice-présidente de l’Association d’amitié hispano-française Diálogo, créée sous la présidence François Mitterrand, qui œuvre pour le rapprochement des liens économiques et culturels entre la France et l’Espagne, au sein de laquelle siègent les grandes entreprise françaises implantées sur la péninsule ibérique.

Elle est alors frappée par la faible représentation féminine dans ce milieu à la croisée du monde des affaires et de la diplomatie. « C'est lorsque j'ai atteint un certain niveau de responsabilité que j'ai pris conscience des barrières qui entravent les femmes dans leur trajectoire professionnelle», explique-t-elle. « Plus vous grimpez dans la hiérarchie, plus c'est dur ». Elle décide de promouvoir la diversité et l'égalité homme-femme, à la fois dans son entreprise à travers le réseau Women@Renault, mais également dans la société civile, via le Forum Femmes de Dialogo. Women@Renault est un réseau composé de femmes et d’hommes destiné à la promotion de la carrière des femmes dans l’entreprise et à accompagner le changement de mentalité afin d’attirer et retenir les talents féminins. Quant au forum qu'elle a créé il y a 4 ans au sein de Diálogo, il s'agit d'une plateforme de rencontres et de collaboration dans les secteurs d'activité économique, juridique, social, diplomatique, scientifique, culturel, journalistique, politique et éducatif. Pour Maria Luisa de Contes, l'existence de ce type de réseaux de femmes, qui œuvrent « comme Femmes 3000 », souligne-t-elle avec un large sourire, pour la visibilité des femmes dans la société civile, est essentielle  pour transformer en réalité la prise de conscience émergente de l'égalité homme-femme.

Y a-t-il un prix à payer pour son implication constante dans ces forums qui s'ajoute à ses nombreuses charges et fonctions professionnelles (elle fait partie d'une dizaine de conseils d'administration), alors qu'elle vient tout juste d'être nommée par décret conseillère du commerce extérieur de la France en Espagne? «Cela demande beaucoup de temps, reconnaît-elle. Mes soirées y passent et j'ai renoncé à beaucoup de choses. Mais je suis tellement passionnée que je le fais bien volontiers.  »

Enfin, lorsqu'on lui dit qu'elle incarne la femme européenne par excellence, elle répond avec humour qu'au risque de prononcer un lieu commun, elle se sent d'abord citoyenne du monde. « Cela remonte à mon séjour de plusieurs années à New York dans le cadre de l'alliance Renault-Volvo. Lorsque j'ai maîtrisé l'anglais, j'ai réalisé qu'avec mes trois langues je pouvais me faire comprendre partout dans le monde», explique-t-elle. Et aujourd'hui, le Forum Femmes de Diálogo déborde parfois même du seul cadre de l'Europe. Toujours élargir son horizon... 
 

Isabelle Bourdial

Les commentaires sont fermés.